Challenger : «Voir les joueurs de près, c’est sympa !»

10 février 2021

Ils sont 36 jeunes de 9 à 17 ans à se relayer sur les deux courts du Challenger. À la fois discrets et indispensables au bon déroulement des matchs, les ramasseurs de balles sont au cœur de l’action. Rencontre avec deux d’entre eux : Gaston et Maëlle.

Derrière les joueurs ou postés au pied du filet, les ramasseurs de balle sont toujours à l’affût, prêts à décoller à la fin de chaque échange. Sur les deux courts du Challenger, ils sont 36 à se relayer tout au long de la semaine du tournoi, par équipe de 6. « Nous avons beaucoup de jeunes qui sont fidèles et reviennent chaque année », apprécie Alexandre, responsable des ramasseurs de balle. Le bénévole les encadre depuis une quinzaine d’années. « Pour cette édition, nous avons dû adapter leurs gestes et leurs missions pour répondre aux règles sanitaires. »

Ces contraintes n’entament pas l’enthousiasme des jeunes ramasseurs de balles, à l’image de Gaston, 10 ans, élève en CM2 à l’école Émile Zola de Cherbourg-en-Cotentin. Ce n’est pas la première fois qu’il officie à ce poste pour le Challenger. « J’aime bien retrouver les copains et pouvoir voir les joueurs de près…C’est vraiment sympa ! », glisse-t-il avant de rentrer sur le court. Licencié au CLT de Tourlaville, le jeune tennisman ne rate pas une miette des échanges de ses aînés. « Ils sont impressionnants… avec des balles de service qui vont très vite ! ». Mais sur le court, le ramasseur de balles reste très attentif. « Il faut être concentré pour éviter de faire des erreurs… »

« Les ramasseurs de balles forment une véritable équipe »

À ses côtés, Maëlle fait également partie des « habitués ». Avec six participations à son actif, elle connaît tous les rouages du tournoi. « L’ambiance est très sympa et les ramasseurs de balles forment une véritable équipe. Les plus expérimentés donnent des conseils aux plus jeunes… ». Pour accéder aux courts et côtoyer les tennismen professionnels, les jeunes suivent une formation sur plusieurs semaines (perturbée cette année par la crise sanitaire), pour apprendre les bons gestes et la bonne conduite à suivre. « Pour être ramasseur de balles, il faut être rapide, discret, réactif, attentif et vigilant », énumère Maëlle, élève en seconde au lycée Thomas Hélye à Cherbourg-en-Cotentin et licenciée au club de tennis d’Urville-Nacqueville. Des qualités que possède l’équipe en place. « Les joueurs et les instances nous félicitent souvent pour le professionnalisme de nos ramasseurs de balle », conclut, satisfait, Alexandre.

Share This