Ultra-triathlon : « Le Mont, ça se mérite ! »

15 juin 2021

[DÉFI HORS-NORME] Une course de 226 km mêlant natation, vélo et course à pied avec une arrivée au Mont-Saint-Michel : c’est le défi que s’est lancé Géraud Paillot, fin mai. Atteint de sclérose en plaques, il revient pour nous sur cet exploit collectif.

« La maladie n’empêche pas de faire des choses incroyables ! » Géraud Paillot en sait quelque chose : atteint de sclérose en plaques depuis 2004, le Malouin a bouclé fin mai un ultra-triathlon de 226 km ! 4 km de natation, 180 km en handybike et un marathon, avec une arrivée inoubliable au pied du Mont-Saint-Michel : cette performance, Géraud l’a faite pour lui, pour tous ceux qui vivent au quotidien avec une maladie chronique, mais aussi pour son entourage. « Les proches sont tellement importants dans ce genre de situation… c’est aussi très difficile pour eux. J’ai la chance d’avoir une famille excpetionnelle et je voulais leur rendre hommage. »
Également organisateur de l’événement avec son association Hustive, il a fédéré autour de ce projet un peu fou de nombreux partenaires, dont le Département, et une centaine de sportifs et bénévoles. « Je n’ai pas couru seul. Tout au long du parcours, valides, malades ou handicapés sont venus participer, chacun à leur niveau et en fonction de leurs capacités. »

« J’ai été très touché par l’accueil des Manchois »

Une aventure humaine et un sacré défi à relever pour Géraud. « Il y avait en réalité trois défis en un ! Le premier, c’était la préparation de l’événement. Je suis très attentif aux questions de sécurité. J’ai été très bien aidé par les associations locales dans ce domaine. Mais cette course, c’était aussi un défi physique… et mental ! » Pour l’un comme pour l’autre, le sportif s’est plié à un entrainement minutieux. Nager en mer en plein hiver, rouler en handybike sous la pluie… « cela fait aussi bien travailler le physique que le mental », glisse Géraud dans un sourire.
Le samedi 29 mai, à 2h du matin, il était donc fin prêt pour se lancer dans le grand bain… Malgré de petits soucis techniques « et quelques coups de fatigue », Géraud est allé au bout de son exploit, avec un passage par Pontorson et une arrivée au pied de la Merveille, après plus de 21 heures d’efforts. « Le Mont, ça se mérite ! Mais le site est tellement fabuleux… Et les Manchois qui nous ont aidés dans l’aventure et que nous avons rencontré sur place ont été formidables ! J’ai été très touché par cet accueil. »
Géraud Paillot s’accorde quelques semaines de repos et de récupération, mais pense déjà à l’après. Dans un coin de sa tête : « un grand événement en 2023, dans la Manche. J’ai adoré cette expérience manchoise ! » On n’en saura pas davantage pour le moment…

 

 

Crédits photos : GI Photo-graph

Share This