Ces Manchois qui ont donné de leur temps

Les petites rivières font les grands fleuves… Et les belles initiatives font les grands élans de solidarité. Chacun à leur manière, ces Manchoises et Manchois ont participé à l’effort collectif.

Être utile à ma façon 

Richard de Vauborel,

Avranches

 

«
Je suis cuisinier chez un traiteur à Avranches et un grand passionné de nouvelles technologies et d’informatique. Lorsque je me suis retrouvé en chômage partiel à la suite du confinement, j’ai décidé de mettre à profit mes deux imprimantes 3D pour fabriquer des visières de protection. J’avais du stock de matière première, ce qui m’a rapidement permis de fournir les EHPAD, polycliniques ou encore des médecins. Au total, j’en ai ainsi donné plus de 200. Dans un deuxième temps, des entreprises m’ont également contacté. J’ai donc continué à en fabriquer… pour arriver à un total de 1 000 visières ! C’est gratifiant pour moi d’avoir pu être utile, à mon niveau, pendant cette crise. Toutes les per- sonnes que j’ai équipées m’ont beaucoup remercié. C’était une belle expérience. »

Du temps libre pour aider les autres

Mathis, 16 ans

lycéen à Cherbourg-en-Cotentin

«
Dès le lendemain de l’annonce du confinement, j’ai mis des affichettes un peu partout dans les commerces encore ouverts de mon quartier, à Cherbourg-en-Cotentin, pour proposer mes services. Je savais que j’allais avoir du temps et je souhaitais le mettre à profit pour aider les autres. Après une semaine, j’ai commencé à avoir les premiers appels. Faire des courses, sortir un chien, aller chercher des médicaments à la pharmacie… J’ai ainsi aidé une dizaine de personnes, le plus souvent des personnes âgées et fragiles, qui n’osaient pas ou ne pouvaient pas sortir de chez elles. Elles étaient contentes de me voir et de garder un lien avec l’extérieur, même si je restais sur le pas de la porte ! Je suis moi aussi heureux d’avoir pu donner un coup de main ! »

Une expérience émouvante

Hélène Dargagnon,

enseignante de français au collège des Provinces, Cherbourg-en-Cotentin

 

«
Avant même le début du confinement, je travaillais avec mes élèves de 4e sur le thème « dire l’amour ». Durant cette période de travail à la maison, je souhaitais proposer des projets stimulants pour mes collégiens, avec cette notion de coopération et d’entraide qui est un peu notre fil rouge cette année. Je leur ai donc demandé de s’enregistrer en déclamant des poèmes de leur choix. Et ils ont joué le jeu avec enthousiasme ! Ronsard, Éluard… Les élèves se sont approprié le projet, et leur famille aussi. J’ai ensuite diffusé ces poèmes auprès de personnes de mon entourage que je savais isolées, puis dans des EHPAD à Cherbourg. Cette expérience fut très émouvante pour moi, mais aussi pour les destinataires de ces poèmes qui ont été très touchés que des adolescents pensent à eux et leur offrent ce cadeau. »

Des œuvres reconstituées par des collégiens

L’équipe éducative du collège des Provinces à Cherbourg-en-Cotentin ne manque pas d’imagination ! Durant le confinement, les élèves de 4e se sont lancés dans un défi qui a fait le tour du monde : reproduire des œuvres d’art. Et le résultat est bluffant ! Les collégiens ont joué le jeu et recréé les décors et positions de célèbres tableaux ou photographies. Ce défi s’inscrit dans le cadre d’un projet artistique mis en place avant le confinement et un travail mené en collaboration étroite avec le musée Thomas-Henry et le centre d’art Le Point du Jour à Cherbourg-en-Cotentin. « L’engagement des collégiens et de leur famille a été exceptionnel », note Hélène Dargagnon, à l’initiative du projet. « Je salue également l’implication dans ce projet d’Anne Gilles, du centre d’art Le Point du Jour et de Louise Hallet, conservatrice du Musée Thomas Henry, qui ont œuvré à sélectionner des œuvres « locales ». »

« Il a fallu se battre ! » Vivek Singh,

O
riginaire d’Inde, Vivek Singh est un « Manchois adoptif » installé depuis plus de 25 ans dans la Manche. Très impliqué dans la vie de Condé-sur-Vire, il décide, dès le mois de mars, de mettre à profit ses relations en Inde et son expérience professionnelle en import-export pour faire venir, depuis l’Asie vers la Manche, des centaines de milliers de masques. « Le masque est une arme indispensable pour lutter contre le virus », estime Vivek Singh. Le combat, l’importateur l’a également vécu de l’intérieur. « Pour réussir à faire venir ces masques, il a fallu se battre contre les fabricants, les transporteurs… » Bref, un parcours du combattant avec un premier dénouement positif mi-avril : 300 000 masques débarquent enfin sur le sol manchois ! Avec l’aide de sa famille, il parcourt la région pour fournir les EHPAD, centres hospitaliers ou encore des ambulanciers et des collectivités. Depuis ce premier arrivage, Vivek Singh poursuit son action, avec plus d’un million de masques importés !»

On se régale avec les chefs
de la Manche…

Yannick Leflot, Sébastien Godefroy, Brice Moncuit, Arnaud Feron ou encore Mike Allen : ils sont chefs dans la Manche et ont un point commun : ils vous ont régalés en ligne pendant le confinement ! Pour égayer un peu votre quotidien, ils ont partagé avec enthousiasme des recettes faciles et 100 % Manche en vidéo : crumble aux pommes, poireaux à la vinaigrette, risotto de coquil- lettes réconfort du Carabot, pain perdu revisité en cannelloni aux pommes, caramel au beurre salé et pommes boulangères sont à retrouver sur le blog cestbeaulamanche.com et sur Facebook : attitudemanche

Les imprimantes 3D tournent à plein régime !

Les amoureux de nouvelles technologies ont eux aussi mis leur matériel – et leur bonne volonté – au service de ceux qui en avaient le plus besoin. Tout au long du confinement, les imprimantes 3D ont tourné à plein régime pour fabriquer des visières de protection. Dans la Manche, une communauté de « makers » s’est rapidement constituée. Un site Internet, stopcovid50.fr, a même était créé. Demandes de visières, dons de matériaux… Le site – et la page Facebook associée – permet de coordonner de façon efficace cette belle action solidaire. Une quarantaine de bénévoles ont ainsi donné de leur temps pour proposer plus de 4 000 visières aux personnes exposées.

Être utile à ma façon 

Richard de Vauborel,

Avranches

«
Je suis cuisinier chez un traiteur à Avranches et un grand passionné de nouvelles technologies et d’informatique. Lorsque je me suis retrouvé en chômage partiel à la suite du confinement, j’ai décidé de mettre à profit mes deux imprimantes 3D pour fabriquer des visières de protection. J’avais du stock de matière première, ce qui m’a rapidement permis de fournir les EHPAD, polycliniques ou encore des médecins. Au total, j’en ai ainsi donné plus de 200. Dans un deuxième temps, des entreprises m’ont également contacté. J’ai donc continué à en fabriquer… pour arriver à un total de 1 000 visières ! C’est gratifiant pour moi d’avoir pu être utile, à mon niveau, pendant cette crise. Toutes les per- sonnes que j’ai équipées m’ont beaucoup remercié. C’était une belle expérience. »

Du temps libre pour aider les autres

Mathis, 16 ans

lycéen à Cherbourg-en-Cotentin

«
Dès le lendemain de l’annonce du confinement, j’ai mis des affichettes un peu partout dans les commerces encore ouverts de mon quartier, à Cherbourg-en-Cotentin, pour proposer mes services. Je savais que j’allais avoir du temps et je souhaitais le mettre à profit pour aider les autres. Après une semaine, j’ai commencé à avoir les premiers appels. Faire des courses, sortir un chien, aller chercher des médicaments à la pharmacie… J’ai ainsi aidé une dizaine de personnes, le plus souvent des personnes âgées et fragiles, qui n’osaient pas ou ne pouvaient pas sortir de chez elles. Elles étaient contentes de me voir et de garder un lien avec l’extérieur, même si je restais sur le pas de la porte ! Je suis moi aussi heureux d’avoir pu donner un coup de main ! »

Une expérience émouvante

Hélène Dargagnon,

enseignante de français au collège des Provinces, Cherbourg-en-Cotentin

«
Avant même le début du confinement, je travaillais avec mes élèves de 4e sur le thème « dire l’amour ». Durant cette période de travail à la maison, je souhaitais proposer des projets stimulants pour mes collégiens, avec cette notion de coopération et d’entraide qui est un peu notre fil rouge cette année. Je leur ai donc demandé de s’enregistrer en déclamant des poèmes de leur choix. Et ils ont joué le jeu avec enthousiasme ! Ronsard, Éluard… Les élèves se sont approprié le projet, et leur famille aussi. J’ai ensuite diffusé ces poèmes auprès de personnes de mon entourage que je savais isolées, puis dans des EHPAD à Cherbourg. Cette expérience fut très émouvante pour moi, mais aussi pour les destinataires de ces poèmes qui ont été très touchés que des adolescents pensent à eux et leur offrent ce cadeau. »

Des œuvres reconstituées par des collégiens

L’équipe éducative du collège des Provinces à Cherbourg-en-Cotentin ne manque pas d’imagination ! Durant le confinement, les élèves de 4e se sont lancés dans un défi qui a fait le tour du monde : reproduire des œuvres d’art. Et le résultat est bluffant ! Les collégiens ont joué le jeu et recréé les décors et positions de célèbres tableaux ou photographies. Ce défi s’inscrit dans le cadre d’un projet artistique mis en place avant le confinement et un travail mené en collaboration étroite avec le musée Thomas-Henry et le centre d’art Le Point du Jour à Cherbourg-en-Cotentin. « L’engagement des collégiens et de leur famille a été exceptionnel », note Hélène Dargagnon, à l’initiative du projet. « Je salue également l’implication dans ce projet d’Anne Gilles, du centre d’art Le Point du Jour et de Louise Hallet, conservatrice du Musée Thomas Henry, qui ont œuvré à sélectionner des œuvres « locales ». »

« Il a fallu se battre ! » Vivek Singh,

O
riginaire d’Inde, Vivek Singh est un « Manchois adoptif » installé depuis plus de 25 ans dans la Manche. Très impliqué dans la vie de Condé-sur-Vire, il décide, dès le mois de mars, de mettre à profit ses relations en Inde et son expérience professionnelle en import-export pour faire venir, depuis l’Asie vers la Manche, des centaines de milliers de masques. « Le masque est une arme indispensable pour lutter contre le virus », estime Vivek Singh. Le combat, l’importateur l’a également vécu de l’intérieur. « Pour réussir à faire venir ces masques, il a fallu se battre contre les fabricants, les transporteurs… » Bref, un parcours du combattant avec un premier dénouement positif mi-avril : 300 000 masques débarquent enfin sur le sol manchois ! Avec l’aide de sa famille, il parcourt la région pour fournir les EHPAD, centres hospitaliers ou encore des ambulanciers et des collectivités. Depuis ce premier arrivage, Vivek Singh poursuit son action, avec plus d’un million de masques importés !»

On se régale avec les chefs
de la Manche…

Yannick Leflot, Sébastien Godefroy, Brice Moncuit, Arnaud Feron ou encore Mike Allen : ils sont chefs dans la Manche et ont un point commun : ils vous ont régalés en ligne pendant le confinement ! Pour égayer un peu votre quotidien, ils ont partagé avec enthousiasme des recettes faciles et 100 % Manche en vidéo : crumble aux pommes, poireaux à la vinaigrette, risotto de coquil- lettes réconfort du Carabot, pain perdu revisité en cannelloni aux pommes, caramel au beurre salé et pommes boulangères sont à retrouver sur le blog cestbeaulamanche.com et sur Facebook : attitudemanche

Les imprimantes 3D tournent à plein régime !

Les amoureux de nouvelles technologies ont eux aussi mis leur matériel – et leur bonne volonté – au service de ceux qui en avaient le plus besoin. Tout au long du confinement, les imprimantes 3D ont tourné à plein régime pour fabriquer des visières de protection. Dans la Manche, une communauté de « makers » s’est rapidement constituée. Un site Internet, stopcovid50.fr, a même était créé. Demandes de visières, dons de matériaux… Le site – et la page Facebook associée – permet de coordonner de façon efficace cette belle action solidaire. Une quarantaine de bénévoles ont ainsi donné de leur temps pour proposer plus de 4 000 visières aux personnes exposées.


Réagir à cet article

Share This