En formation des aidants,
on apprend…

 

En formation des aidants,
on apprend…

 

portrait, Jean Saulnier, Alzheimer
Jean Saunier nous livre
quelques exemples :

• « à parler au malade en face. Si vous lui parlez dans son dos, il va vous entendre mais pas comprendre que c’est à lui que vous parlez. »

• « si le malade ne veut pas faire quelque chose, c’est souvent qu’il a l’impression d’être un peu agressé. Exemple tout simple : il est réticent à aller à la douche et on ne sait pas pourquoi. On peut s’asseoir à côté de lui, parler un peu, détendre les choses et ça se passe tout seul. »

 

« écrire « sucre » sur la boîte de sucre, ça évitera de le mettre dans les nouilles plutôt que le sel, etc. »

• « si l’aidant peut encore laisser la personne malade seule quelques temps, quand il revient, s’il lui demande d’emblée si elle a reçu un appel ou de la visite, elle panique, se dit qu’elle a dû oublier quelque chose et devient agressive ou pleure. Il faut y aller tranquillement. »

• « si on a fait une fête et qu’après on met des photos au mur, la personne peut ne plus vouloir rester dans cette pièce, tout simplement parce que sur ces photos, il y a des personnes qu’elle ne connaît pas (le copain de la petite-fille, etc.)… »

bannière, vidéo EN VIDÉO

Se former pour mieux aider – France Alzheimer et maladies apparentées

# POUR ALLER PLUS LOIN

Share This