HYDROGÈNE

L’avenir commence
dans la Manche

 

HYDROGÈNE

L’avenir commence
dans la Manche

 

Grâce au mix énergétique et aux EMR, la Manche va accroître sa production électrique. Pour stocker cette énergie et développer des solutions d’avenir, elle mise aussi sur les technologies liées à l’hydrogène.

Pour démontrer la fiabilité de l’hydrogène et favoriser son développement, le Département mène depuis 2011 une politique ambitieuse et inédite. Première collectivité française à s’être équipée d’une station de distribution et de 17 véhicules, dont deux pour son SDIS (devenu centre de référence pour la formation des pompiers de toute la France), il a aussi lancé un plan d’équipement de 40 véhicules sur le territoire.

Avec l’appui des industriels et de l’Europe, il soutient des projets pilotes qui structurent cette filière émergente, tels qu’EAS-HyMob, initiative régionale pour doter le territoire normand de 15 stations de recharge.
Devenue démonstrateur territorial de l’économie de l’hydrogène, écologique en termes de stockage comme d’utilisation, la Manche s’est vue labellisée « Territoire hydrogène » par l’État en 2016 (voir encart).

« TERRITOIRE HYDROGÈNE »

Sur les 100 dossiers présentés suite à l’appel à projets du Gouvernement, 29 ont reçu ce label, dont celui monté par le Département avec la Région et des acteurs industriels. À la clé, plusieurs procédés innovants dans la Manche :

• Démonstrateur Ergosup à Cherbourg : Trois fois lauréate du concours mondial de l’innovation, cette entreprise développe une technologie de production et stockage d’hydrogène par électrolyse. Un marché à fort potentiel, qui devrait générer 60 emplois sur site en 2020.

• Mobilité hydrogène : La société Atawey va mailler le territoire normand de stations de production d’hydrogène pour voiture et vélo, en complément du projet régional EAS-HyMob. L’objectif : favoriser un déploiement massif de véhicules hydrogène en Normandie, y compris en zone rurale.

• Location de voitures et auto-partage : Une étude est en cours pour passer d’une logique de possession de véhicule à une logique d’usage, proposer une offre de service complète (voiture, maintenance
et carburant) et favoriser une meilleure rentabilité de cette économie naissante.

• Autonomie énergétique de Chausey : La production d’électricité sur la grande île se fait sur place par une centrale au fioul, coûteuse et polluante. Le SDEM50 et le Département cherchent donc à développer localement des solutions de mix énergétique et de stockage par technologie hydrogène.

bannière, conseil départemental, Manche, énergies Nouvelles

Valérie Nouvel, vice-présidente, transition énergétique, environnement et innovation, département, MancheUNE QUESTION À…

Valérie Nouvel, vice-présidente déléguée à la transition énergétique, l’environnement et l’innovation

UNE QUESTION À…

Valérie Nouvel, vice-présidente déléguée à la transition énergétique, l’environnement et l’innovation

Quelles opportunités la Manche crée-t-elle actuellement grâce à l’hydrogène ?

« Département leader du développement de solutions hydrogène, nous travaillons à instaurer une véritable filière industrielle à l’échelle nationale. C’est tout le sens de mon engagement en tant que représentante du Département au sein de l’AFHYPAC*. Avec deux autres élus (du Jura et de Vendée), nous avons créé le Club des élus acteurs de l’hydrogène, qui fédère nos homologues de toute la France pour sensibiliser le ministère et le parlement sur l’appétence des territoires pour ces technologies. J’ai ainsi participé à l’écriture de la feuille de route présentée en mars par le ministre de la Transition énergétique et solidaire pour assurer les moyens nécessaires à une production importante d’hydrogène décarboné. Si nous voulons que cette filière soit rentable, les entreprises doivent pouvoir travailler au niveau français et à l’export. C’est d’autant plus important que la France est en retard sur d’autres pays et qu’il y a des enjeux d’emploi et de coût. Ce travail de coconstruction que porte la Manche dépasse donc largement nos frontières et notre implication nationale renforce notre attractivité économique.

Les établissements Jean Chereau sont un bon exemple, avec la commercialisation pour 2019 de semi-remorques réfrigérés à l’hydrogène. Une délégation des îles de la Madeleine est venue découvrir nos initiatives locales et étudier avec nous le stockage de l’hydrogène, adapté à leur climat froid. Ça rejoint l’expérimentation sur Chausey, avec laquelle nous visons des systèmes énergétiques en îlots, duplicables également sur des territoires non insulaires. Nous voulons que partout, quand on parle énergie, on parle hydrogène ! C’est aussi un moyen innovant, écologique et ludique de se déplacer. J’encourage les Manchois à venir tester un vélo Bhyke pendant les vacances de Pâques ou cet été** et nous dire ce qu’ils en pensent ! »

* Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible.
** Infos à venir sur saint-lo-agglo.fr/velo

 

« Apportant des réponses concrètes à des problématiques variées, l’hydrogène est un chaînon essentiel de la transition énergétique : il contribue à la valorisation des énergies renouvelables, offre une réelle souplesse dans la consommation d’énergie et la gestion des réseaux électriques, gaziers et de chaleur, et permet le développement d’une mobilité zéro émission.»

Le Club des élus acteurs de l’hydrogène de l’AFHYPAC

EN VIDÉO

L’hydrogène, un carburant promis à un bel avenir expérimenté dans la Manche (Le Grand Soir 3, francetvinfo)

# LE DOSSIER

Share This