Premier Maître Delphine, l’azur dans les yeux

Entrée dans la Marine en 1998 comme navigatrice timonière, c’est à terre qu’elle a été affectée, sur un poste de guetteuse sémaphorique. 20 ans après, le Premier Maître Delphine, qui veille sur l’horizon nord-est du Cotentin, est la première femme de France nommée chef de poste.

Premier Maître Delphine, l’azur dans les yeux

Entrée dans la Marine en 1998 comme navigatrice timonière, c’est à terre qu’elle a été affectée, sur un poste de guetteuse sémaphorique. 20 ans après, le Premier Maître Delphine, qui veille sur l’horizon nord-est du Cotentin, est la première femme de France nommée chef de poste.

Elle s’est d’abord « laissé embarquer » par une équipe de passionnés et la baie de Saint-Brieuc. Elle qui enfant voulait devenir casque bleu a fait de cette surveillance constante son métier. « Les phares sont faits pour être vus, les sémaphores pour voir. Notre boulot, c’est de regarder la mer. Et de sauver des vies. Même si ce n’est pas nous qui intervenons, on est un maillon essentiel du sauvetage en mer et de la surveillance du territoire, j’en suis très fière. » Rompue aux vacances d’été chez ses parents à Carteret, amoureuse du Cotentin, elle est arrivée en 2007 au sémaphore de Barfleur, sur la pointe de Gatteville, où elle est chef de poste depuis avril. « Première femme de France à ce poste, c’est un challenge pour moi ! »

Il faut toujours rester humble face à la mer.

Des années aux jumelles

« J’ai la chance d’avoir un bureau avec la même vue qu’en passerelle et je ne m’en lasse pas. Ce n’est jamais le même temps, les mêmes “coef” de marée, les mêmes lumières. Voir le soleil se lever et se coucher, c’est grandiose. » Dauphins, phoques, Fous de Bassan, sont du spectacle. Après 10 ans aux jumelles, Delphine dirige désormais neuf guetteurs, qu’elle connaît bien. « C’est une petite équipe, particulièrement jeune. On a été habitués à vivre ensemble, on s’entend bien. »

Cette quadra sportive et enthousiaste aime leur transmettre tout ce qu’elle a appris et ne tarit pas d’anecdotes. Les courants qui indiquent le sens de la marée, les flashs blancs des casiers « clignotant » la nuit… « On a une débauche d’écrans très utiles, mais un radar ne dira jamais que les voiles d’un Hobby 4 fassayent, il n’aura jamais le ressenti d’un guetteur, qui connaît sa zone. »

 

Garder un regard neuf

Du rail des Casquets au mouillage de Saint-Vaast, du raz de Barfleur aux lampes frontales qui se pressent en septembre à 4h du matin au bord des rochers découvrants pour pêcher bar et maquereau… Delphine garde un œil neuf sur ses 20 milles nautiques. « Il faut être curieux, se mettre à la place des pêcheurs ou plaisanciers qui se font brasser dans la tempête et vous appellent avec un blessé à bord, garder son sang-froid et savoir les rassurer jusqu’à l’arrivée des secours. » Douce et ferme à la fois, profondément investie dans sa mission de service public, Delphine sait que sa voix peut être vitale pour les personnes en détresse. « Savoir que quelqu’un est là, vous regarde, suit la situation, c’est très important. » Comme pour ce petit garçon qui l’avait appelée par VHF car son père avait fait un malaise…

Leçon d’humilité

Elle flaire le danger dans une attitude, un mouillage inhabituel, un véliplanchiste qui file au large dès sa mise à l’eau… « Je n’ai jamais eu aussi peur de la mer que depuis que je fais ce métier ! Je suis très humble face à elle. » Frappée par l’obtention d’un permis bateau en deux jours et l’inconséquence des gens, elle fait régulièrement visiter le sémaphore pour les sensibiliser. « Je veux qu’ils comprennent. » Sur son kayak de mer, quand elle emmène sa fille de 5 ans faire du « rase-cailloux » pour voir nicher les canards, c’est pagaie et gilet de sauvetage attachés. Quand elle prépare un tour de Tatihou en famille, elle calcule tout. « En mer, il peut toujours arriver quelque chose. Il ne faut jamais se laisser surprendre et surtout pas se dire “on verra bien” ! » 

 Une vigie sur la mer

Situé à l’extrême pointe nord-est du Cotentin, le sémaphore que dirige le Premier Maître Delphine offre une vision grand angle sur la Manche.

 Une vigie sur la mer

Situé à l’extrême pointe nord-est du Cotentin, le sémaphore que dirige le Premier Maître Delphine offre une vision grand angle sur la Manche.


Réagir à cet article

2 Commentaires 

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

# POUR ALLER PLUS LOIN

Share This