Littoral en guerre

Cherbourg, départ d’un régiment au pont tournant [1914] (Archives de la Manche, fonds Jean et Marcel Briard, 1 J 320)

Littoral en guerre

Cherbourg, départ d’un régiment au pont tournant [1914] (Archives de la Manche, fonds Jean et Marcel Briard, 1 J 320)

Article d'

L

’exposition s’appelle Rivages en guerre. Le littoral manchois dans la Grande Guerre et sera inaugurée le 9 novembre, à la Maison de l’histoire de la Manche, à Saint-Lô. Du début du conflit jusqu’à la paix, elle témoigne de sujets variés : la guerre navale, l’espionnage et le contre-espionnage, les “indésirables”, les infrastructures et le trafic portuaires, les industries granvillaises et cherbourgeoises dans l’effort de guerre, la main-d’œuvre et les revendications sociales, les femmes du littoral et la société en guerre. Malgré la disparition quasi totale, lors des bombardements de 1944, des séries M (administration générale) et R (affaires militaires), les plus exploitées pour la recherche sur le premier conflit mondial, les collections des archives départementales se sont révélées ici particulièrement riches.

Près de 300 fonds

Les pièces présentées sont pour la plupart issues des fonds iconographiques et photographiques ou de la bibliothèque et nombre de documents proviennent des archives des ponts et chaussées, de la chambre de commerce et d’industrie de Granville, des sous-préfectures d’Avranches et de Cherbourg, ou encore de fonds déposés par les communes ou des particuliers. Grâce aux deux grandes collectes organisées en 2013 et 2014, ces derniers se sont étoffés de près de 300 fonds : correspondances, journaux intimes, actes authentiques, photographies, ont ainsi pu être numérisés et seront mis en valeur à travers cette exposition sans précédent et l’ouvrage qui l’accompagne.

 archives.manche.fr

Une fois la guerre déclarée et les hommes incorporés, la mobilisation du littoral révèle des problématiques méconnues. (…) La Grande Guerre, premier conflit à mobiliser toutes les forces de la nation, entraîne des adaptations dans de nombreux domaines, les aménagements portuaires, les activités industrielles et l’organisation sociale, mais également dans la vie quotidienne, culturelle et spirituelle. » (extrait du catalogue de l’exposition)

REPÈRES

• Près de 90 000 Manchois ont été mobilisés entre 1914 et 1918.

• Plus de 17 000 sont morts pour la France, soit 4 % de la population du département, 24e au rang national en ce qui concerne les victimes.

• Après la guerre, près de 20 % des vétérans ont reçu une pension, indicateur du nombre important de soldats qui ont contracté une maladie ou ont été blessés durant leur service.

Une riche iconographie

Près de 300 fonds, publics et privés, composent l’exposition présentée aux Archives. Extraits.


Réagir à cet article

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This