« Nous nous sommes serré les coudes »

« Nous nous sommes serré les coudes »

logo, toutes pour elles

L’association Fil et Terre s’est pleinement impliquée dans la fabrication de masques pour les Manchois. Rencontre avec Matthieu Giovannone, son directeur.

Création

Activité : insertion professionnelle et sociale

Effectif : 170 salariés, dont 40 permanents

  CONTACT

5 bis, rue Paul Doumer,
Cherbourg-en-Cotentin
02 33 78 15 00
contact@fil-et-terre.fr

Pouvez-vous nous présenter l’association ?

Fil et Terre est une structure d’insertion par l’activité économique, avec un statut associatif. Nous proposons, sur nos différents sites, des contrats de travail à des personnes éloignées de l’emploi, avec un accompagnement social et professionnel. Notre activité s’articule autour de trois grands secteurs : la mobilité, l’activité agricole et la recyclerie. Pour cette dernière, nous collectons, trions et revendons tous les produits de la maison (meubles, jouets, vaisselle…), mais aussi le textile. Nous traitons chaque année près de 700 tonnes de vêtements, ce qui représente une semi-remorque tous les quatre jours ! L’activité agricole se déroule quant à elle sur deux exploitations par la production de légumes bio livrés par paniers, la production de plus de 400 000 plants de légumes et par le fleurissement de près de 60 communes.

Comment avez-vous vécu la période de confinement ?

Nous avons fermé nos points de vente dès le 14 mars et avons arrêté l’ensemble de nos activités trois jours plus tard. Nous avons repris notre activité agricole le 23 mars, avec des salariés permanents uniquement. Les salariés que nous accompagnons sont revenus progressivement. Le 4 mai, tout le monde était sur le pont pour participer à la conception de masques pour les Manchois !

Quelle a été votre participation à cette opération d’envergure ?

Nous avons saisi cette opportunité proposée par le Département car c’était valorisant pour nos salariés de travailler sur ce projet et d’être acteur de cette solidarité territoriale.

Pour cette commande du Département, nous avons travaillé en partenariat avec les entreprises Les Tricots Saint-James et Le Parapluie de Cherbourg. Les 171 salariés de Fil et Terre engagés dans cette aventure ont conditionné et assemblé des kits de masques. Pour relever le défi, en complément, nous avons également recruté 43 CDD, spécialement pour cette opération ! Ce projet montre aussi la transversalité entre l’économie sociale et solidaire et l’économie « classique ». Ensemble, nous nous sommes serré les coudes pour relever ce défi de livrer 500 000 masques pour les Manchois, et dans les délais prévus. Les collectivités locales ont également joué le jeu, en nous mettant à disposition des salles, des tables et des chaises pour travailler dans des conditions sanitaires irréprochables. Je remercie le conseil départemental et Latitude Manche, avec qui nous avons travaillé main dans la main pour satisfaire les Manchois.

Quels enseignements tirez-vous de cette crise inédite ?

Bien entendu, toute cette période aura un impact sur nos recettes et modifie notre façon de travailler, notamment pour la partie vente en magasin. Nous réfléchissions déjà depuis quelques mois sur d’autres solutions, comme un dispositif de vente en ligne. Cette expérience va très certainement accélérer cette réflexion…

EN CHIFFRES
171 salariés mobilisés
+ 43 CDD recrutés

Dans les coulisses de Fil & terre

Le 6 mai 2020, Marc Lefèvre, Président du Département, a visité les locaux de l’association et rencontré les salariés mobilisés pour la fabrication des masques.
© D. Daguier – CD50


Réagir à cet article

Share This