PAROLES D’ÉLUS

LE GROUPE DES ÉLUS SOCIALISTES ET RÉPUBLICAINS –
NOTRE MANCHE

Faire du contournement sud-ouest
de Cherbourg
un projet modèle

Les dernières élections ont montré une attention de plus en plus grande à la question environnementale. Nos actions doivent être pensées en fonction de leur impact. De nouveaux réflexes sont à adopter et un changement culturel est à provoquer. Sur les routes, il y a d’abord les itinéraires existants avec, reconnaissons-le, un effort important mené, ici, pour un meilleur respect de la biodiversité. Ensuite, la question revient avec force lorsqu’il s’agit de proposer de nouveaux itinéraires.
Il y a plus de 25 ans, le Département se dotait des axes structurants qui lui faisaient cruellement défaut. D’imposants chantiers ont vu le jour, comme la création de l’A84 ou la transformation en 2×2 voies la RN174. Pouvons-nous pour autant concevoir, aujourd’hui, d’en rester là ? Nous ne le pensons pas. Néanmoins, les projets routiers doivent être conçus dans un esprit totalement différent. Ces itinéraires, privilégiant au maximum l’existant, doivent accompagner des transformations locales et une réflexion globale sur les déplacements. La voiture individuelle ne doit plus être placée seule au centre ; pensons le covoiturage, les transports en commun par la route ou le rail, les liaisons douces, etc.
Ces routes nouvelles doivent améliorer profondément la sécurité routière ou accompagner le développement local, comme c’est le cas dans le Cotentin, poumon économique du département. Depuis six ans, nous évoquons régulièrement le contournement sud-ouest de Cherbourg. Il n’a jamais été question pour nous de demander une réalisation au cours de ce mandat. Nous pensons que ce projet a besoin d’être redéfini. Et il est incompréhensible que la majorité départementale ne tienne pas compte d’un besoin réel d’une infrastructure qui accompagne le développement économique du bassin d’emploi cherbourgeois, tout en s’insérant dans la politique de mobilité de la communauté d’agglomération et de la ville de Cherbourg-en-Cotentin. Ce travail de réflexion, que nous appelons de nos vœux, peut permettre de faire de ce projet, un exemple d’infrastructure du XXIe siècle. Il ne demande, pour l’heure, aucun financement. Seulement une volonté du porteur de projet, le conseil départemental, d’un élan commun avec les acteurs concernés.

LE GROUPE DES ÉLUS SOCIALISTES ET RÉPUBLICAINS
– Notre Manche :

Anna PIC, Frédéric BASTIAN, Cherbourg-Octeville-1 – Karine DUVAL, Sébastien FAGNEN, Cherbourg-Octeville-2 – Marie-Odile FERET, Cherbourg-Octeville-3 – Odile LEFAIX-VÉRON, Dominique HÉBERT, Équeurdreville-Hainneville – Yveline DRUEZ, Jean-Paul FORTIN, La Hague – Frédérique BOURY, François ROUSSEAU, Les Pieux – Madeleine DUBOST, Gilles LELONG, Tourlaville.

• Suivez-nous sur twitter : @notremanche

• Contact : Martial Defoy, collaborateur de groupe :
02 33 05 97 92 – martial.defoy@manche.fr

LES ÉLUS DU GROUPE DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE

Compensation du RSA : la Manche obtient gain de cause auprès du tribunal administratif de Paris.

Au sein de l’assemblée des Départements de France, nous avons toujours réagi lorsque les Gouvernements successifs engageaient une action publique, sans doute légitime, mais dont la charge retombait sur nos budgets locaux, sans compensation financière. L’exemple type fut la revalorisation du RSA de plus de 10 %, entre 2013 et 2017, qui n’a jamais été compensée financièrement alors même qu’elle a grevé, chaque année, le budget de la collectivité.
Avec les Départements du Calvados et de l’Orne, nous avons conjointement introduit une requête devant le tribunal administratif de Paris à l’été 2018. Par jugement du 29 juin dernier, ce tribunal nous a donné raison : il enjoint à l’État de compenser nos dépenses supplémentaires de RSA dans un délai de six mois. Nous devrons consacrer ces sommes à un surcroît de solidarité en faveur, d’une part, de l’enfance maltraitée et, d’autre part, du retour au travail des bénéficiaires du RSA. Le RSA, en effet, doit être conçu comme un secours temporaire, pas comme un moyen d’existence permanent.
L’enjeu est majeur pour notre collectivité. L’indemnisation a été estimée par la CNAF pour un total cumulé, entre 2013 et 2019, de 22 millions d’euros pour le seul Département de la Manche. À l’échelle des Départements de France, le tout est ainsi estimé à plus de 4 milliards d’euros.
Toucherons-nous cette somme ? L’État fera-t-il appel ? En tout cas, nous tiendrons bon ! L’État devra respecter le principe essentiel selon lequel « qui décide, paye », que nous voulons voir désormais inscrit dans la Constitution pour qu’il ne soit plus permis d’y déroger.

LES ÉLUS DU GROUPE DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE :

Dominique LARSONNEUR-MOREL, Gabriel DAUBE, Agon-Coutainville – Catherine BRUNAUD-RHYN, Antoine DELAUNAY, Avranches – Patricia LECOMTE, Alain NAVARRET Bréhal – Françoise LEROSSIGNOL, Christophe DAVENET, Bricquebec – Maryse LE GOFF, Marc LEFÈVRE, Carentan – Marie-Pierre FAUVEL, Michel de BEAUCOUDREY, Condé-sur-Vire – Anne HAREL, Jean-Dominique BOURDIN, Coutances – Chantal BARJOL, Jean MORIN, Créances – Sylvie GÂTÉ, Jean-Marc JULIENNE, Granville – Marie-Hélène FILLÂTRE, Jean-Paul RANCHIN, Isigny-le-Buat – Valérie NORMAND, Serge DESLANDES, Mortainais – Nicole GODARD, Jean-Claude BRAUD, Pont-Hébert – Valérie NOUVEL, André DENOT, Pontorson – Maryse HÉDOUIN, Jean-Claude Heurtaux, Quettreville-sur-Sienne – Carine Grasset-MAHIEU, Jacky BOUVET, Saint-Hilaire-du-Harcouët – Adèle HOMMET, François BRIÈRE, Saint-Lô-1 – Brigitte BOISGERAULT, Mathieu JOHANN-LEPRESLE, Saint-Lô-2 – Christèle CASTELEIN, Jacques COQUELIN, Valognes – Christine LEBACHELEY, Jean LEPETIT, Val de Saire – Martine LEMOINE, Philippe BAS, Villedieu-les-Poêles.

• Contact :  groupe.majorite@manche.fr


Réagir à cet article

Share This