Une pépinière-atelier pour les céramistes

Une pépinière-atelier pour les céramistes

V

oué à conserver et valoriser le patrimoine potier normand, le musée de Ger offre un parcours de visite complet et attractif, grâce à de nouveaux aménagements. Il conduit des actions éducatives pour les jeunes et les publics éloignés des pratiques culturelles, et s’intègre dans la vie sociale, l’animation touristique et le développement économique du territoire, en mobilisant les professionnels de la céramique contemporaine. Centre de promotion en la matière, le musée a mis en place en 2015 une pépinière-atelier, où il accueille de jeunes céramistes désireux de parfaire leur gamme de produits, structurer leur future entreprise et, à terme, s’implanter localement. Suite au dernier appel à candidatures, un jury composé de représentants du Département, de la chambre de métiers et de l’artisanat, du Pays de la Baie Initiative et des Ateliers d’art de France a retenu le couple franco-coréen Iseult Fayolle et Kee-Tea Rha (photo), ainsi que la Hongroise Eszter Valdhauser. À Ger, ces trois « artistes façonneurs » renouvellent leurs sources d’inspiration.

VU PAR…

Eszter Valdhauser,
céramiste accueillie à la pépinière

« Je suis arrivée de Bretagne début avril. C’était la première fois de ma vie que je venais dans la Manche et j’ai eu le sentiment de déjà connaître cette nature que j’ai toujours recherchée, c’était impressionnant que ce soit si familier pour moi, ça m’a assuré que j’étais au bon endroit. Je me sens vraiment bien ici, très apaisée. Ça m’aide beaucoup à créer. En 2008, quand j’étais étudiante en Hongrie, j’ai créé une gamme de bijoux en porcelaine, mon matériau coup de cœur. Dur et fragile, il valorise les femmes qui le portent et leur enseigne de nouvelles attitudes, une tenue plus réfléchie par rapport à elles-mêmes. C’était un peu le fil conducteur de mon diplôme et c’est resté en moi : associer la beauté de la porcelaine à celle de la femme et donner quelque chose de différent. Cette année, je vais produire des pièces tournées utilitaires – bols, assiettes, tasses – mélangées avec des éléments de mes bijoux. Avant de venir à Ger, je travaillais dans mon salon. Maintenant, j’ai un atelier, qui a été réaménagé pour que je puisse concevoir mes modèles sereinement. Il y a toujours du monde ici, je ne me sens jamais seule et j’ai mon coin solitaire où je ne suis pas dérangée. Je suis logée au-dessus des bureaux, dans un charmant appartement sous les combles. Chaque soir, je le regarde en me disant “quelle chance !”. Je suis là jusqu’en mars 2020 et j’aimerais m’installer dans la Manche. Si je pouvais rester à côté du musée, je le ferais, tellement je suis sous le charme ! »

Deux autres céramistes sont en résidence
à la pépinière-atelier : Iseult Fayolle et Kee-Tea Rha. Ils témoignent.

Iseult Fayolle

« C’est un temps pour expérimenter la matière et le travail de l’émail, pour présenter des objets réfléchis du début à la fin. Il y a un dialogue entre notre recherche artistique et les arts utilitaires, des tons pouvant se retrouver dans les formes, le céladon, les pastels… Notre point commun, avec Kee-Tea, est d’essayer de trouver l’essence du mouvement quand on travaille la terre. Être trois est très enrichissant, pour échanger sur les procédés, les matières et communiquer. Bénéficier du réseau du musée est important aussi pour nous, on rencontre tous les acteurs de la céramique du secteur, on suit des stages d’émaux, on va participer à la Fête des potiers… Et pendant l’été, on propose un café céramique, pour que les gens puissent profiter du lieu et de cours à la carte d’initiation au tournage et à la céramique. C’est un premier pas pour recréer un lien entre contenant et contenu. »

Kee-Tea Rha

« Cette résidence à Ger, contrairement aux autres, est une longue durée, qui nous permet de réfléchir, bien développer nos créations, créer des réseaux professionnels, proposer de nouvelles gammes de vaisselle… J’ai été chef cuisinier dans un restaurant japonais et j’aime mêler l’art, la cuisine et la céramique, qui n’est pas que de la poterie. Elle offre tellement de possibilités qu’elle entre peu à peu dans l’art contemporain et de plus en plus d’artistes s’expriment dans cette matière. Je vais donner des cours cet été dans le musée. Au travers de ces rencontres et de la nourriture, on peut sensibiliser les gens. C’est un essai, si ça marche je continuerai. Ici, on peut aussi exposer notre projet artistique, et on a un jardin à nous, qu’on commence à cultiver. Toucher la terre, retourner à la source, c’est vraiment l’avantage d’être ici. »

INFO+


23 mois pour se lancer

En résidant à la pépinière-atelier, les artistes entrepreneurs bénéficient de l’aide du Département :

> sur le plan matériel : utilisation des différents fours, accès aux espaces et matériels du site, possibilités de vendre leur production dans la boutique du musée et de confronter leur travail avec les collections de poteries traditionnelles normandes et de céramiques contemporaines du musée, ou encore les créations d’autres céramistes

> sur le plan de la communication : présentation sur les supports de promotion et le site internet du Département, mise en place d’enseignes directionnelles sur le site et aux abords, mise en relation avec un réseau d’acteurs économiques et du patrimoine, de céramistes, de collectivités, pour les aider à s’implanter dans la Manche

Pendant les 23 mois de leur présence, ils s’engagent à mettre en œuvre leur projet d’entreprise, à s’impliquer dans les activités, l’animation et les projets éducatifs du musée, pour contribuer ainsi à l’attractivité du site et créer une synergie entre les céramistes

RENDEZ-VOUS

> Café céramique les mercredis après- midi du 18 juillet au 13 août
> Ateliers de cuisine japonaise les 30 juillet et 6 août de 10h à 13h – sur réservation au 06 13 28 79 68 (35 € / personne)
> Fête des potiers le 26 août

CONTACT

Musée de la poterie normande, centre de promotion céramique
Le Placître – 50580 Ger
02 33 79 35 36 – musee.ger@manche.fr
patrimoine.manche.fr

Créations protéiformes 

Bijoux, arts de la table, installations… la céramique offre aux résidents un large champ d’expression.


Réagir à cet article

4 Commentaires 

  1. Une vraie découverte cette pépinière atelier, je suis particulièrement curieuse de découvrir la travail de

    Mme Eszter Valdhauser, peut-on voir les réalisations de ces artistes les jours de visite du Musée de GER ?

    Bravo de promouvoir tous ces artisans artistes qui sont sur notre beau territoire.

    Répondre
  2. Bonjour et merci de votre intérêt pour cette résidence au long cours !
    Les ateliers-boutiques de la pépinière seront accessibles toute l’année, soit par le musée durant ses heures d’ouverture,
    soit directement par la route de Sourdeval.
    Nous vous souhaitons une belle découverte si vous avez le loisir de vous y rendre.

    Pratique :
    Musée de la poterie normande
    3, rue du musée – 50850 GER
    02 33 79 35 36 – musee.ger@manche.fr

    https://www.manche.fr/patrimoine/musee-regional-poterie-service-partenaires-N.aspx

    Répondre
  3. Oh, merci beaucoup! L’article est très riche et les photographies sublimes.

    Ça donne bien envie d’aller à leur rencontre.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This