LE SDIS 50, TOUJOURS PRÊT

Les sapeurs-pompiers font face à toutes les situations. Qu’elles soient exceptionnelles ou du quotidien. Éclairage sur l’activité de ces précieux acteurs qui nous protègent, avec le colonel David Sarrazin, directeur adjoint du SDIS 50.

Colonel David Sarrazin,
directeur adjoint du SDIS 50
© CD50 – David Daguier

Quelle est votre mission première ?

« La prévention. Réglementaire avant tout, avec la protection et la lutte contre les incendies, une de nos seules missions exclusives, sans oublier ce qui relève de l’information préventive aux comportements qui sauvent (IPCS). Il s’agit “d’acculturer” les citoyens à un comportement sécuritaire à la maison et à la connaissance des gestes qui sauvent. Il ne faut pas oublier que les accidents domestiques font entre 40 et 50 000 morts par an en France. Nous souhaitons nous engager dans ce sens et sensibiliser la population, en développant une information préventive ciblée, auprès des jeunes retraités par exemple. En 2016, ce sont plusieurs milliers de Manchois qui ont été formés (132 sessions et 1 124 diplômes délivrés). C’est un axe de développement d’avenir pour les centres de secours.

Des gens ordinaires qui font des choses extraordinaires

Quelle est la force du SDIS dans la Manche ?

La vraie richesse du SDIS : les hommes et les femmes qui le composent, des gens ordinaires qui font des choses extraordinaires. Ni héros ni champions olympiques, les sapeurs-pompiers sont à l’image de la population qu’ils défendent et au rythme de laquelle ils vivent (66 % des interventions entre 7h et 19h). Être pompier, c’est être le meilleur sans le revendiquer. Si l’engagement, la passion et la performance sont essentiels, ce qui prévaut, aujourd’hui plus que jamais – “sauver sans périr” –, c’est la sécurité de nos hommes, toujours sous-jacente et prioritaire. Avec 4 millions d’heures de disponibilité par an en moyenne, la Manche est par ailleurs exemplaire en termes de complémentarité professionnels/volontaires ; il n’y a pas d’opposition entre les statuts, les uns ne peuvent pas fonctionner sans les autres. À l’image d’une fourmilière, le SDIS est extrêmement organisé : au total, 525 sapeurs-pompiers en moyenne sont prêts à intervenir à tout moment, de jour comme de nuit, sur tout le territoire et dans les meilleures conditions techniques. 

À quels risques devez-vous faire face dans la Manche ?

Les risques courants représentent 99 % de notre activité (plus de 75 % de secours à la personne). Avec 500 000 habitants, le risque d’incendie est aussi présent sur l’ensemble du département, particulièrement dans les agglomérations. Notre réseau secondaire, le plus important de France, engendre par ailleurs un risque routier, aggravé par les variations saisonnières de population (50 % de résidences secondaires sur le littoral) et la présence de points d’intérêts touristiques majeurs qui demandent une vigilance accrue, à l’image du Mont-Saint-Michel (entre 2 et 10 sapeurs-pompiers sont de garde sur le rocher, en fonction de la saison). À ces risques s’ajoutent des risques particuliers. Naturels d’abord, en raison du caractère maritime de notre département, régulièrement exposé aux tempêtes, fortes pluies, vagues importantes, grandes marées, et à l’érosion du littoral.

Une centaine de communes sont plus particulièrement concernées par le risque d’inondation. Il existe également un risque agricole, qui nécessite des techniques précises de prise en charge, proches de celles de désincarcération des victimes lors d’accidents de la route. Enfin, avec plus de 200 établissements classés ICPE*, dont un site Seveso** et quatre installations nucléaires dans le Nord-Cotentin, un risque technologique est identifié. S’il est qualifié de “hautement improbable”, des moyens spécifiques sont alloués pour y faire face et des formations aux risques radiologiques dispensées. C’est une des spécificités de la Manche, qui en fait un département de référence en la matière. »

* Installation classée pour la protection de l’environnement.
** Installation industrielle dangereuse.

 À DÉCOUVRIR EN VIDÉO

Adoptons les comportements qui sauvent

CHIFFRES CLÉS

sapeurs-pompiers environ

• 285 professionnels (répartis dans les centres de secours principaux et l’état-major, basé à Saint-Lô)
• 2 014 volontaires (un nombre fluctuant, soit près de 88‍% des effectifs)
• 70 personnels administratifs et techniques spécialisés

groupements de sécurité divisent le SDIS

auxquels les centres d’incendie et de secours sont rattachés : Nord (Cherbourg) – Centre (Saint-Lô) – Sud (Avranches).

Une organisation et un maillage sur tout le département, qui permettent d’assurer une gestion de proximité très efficace.

centres d'incendie et de secours

dont 6 centres de secours principaux (Cherbourg, Valognes, Coutances, Saint-Lô, Avranches, Granville)

appels par an

reçus au centre de  traitement de l’alerte (à Saint-Lô) soit 493 demandes de secours par jour, réceptionnées  par 50 opérateurs qui se relaient 24 h/24 et  déterminent les moyens adaptés à la situation

véhicules et engins

 

points d'eau incendie

(poteaux et bouches d’incendie + points d’eau artificiels ou naturels)

interventions en 2016

soit près de 100 par jour
(de 60 à 500)

sapeurs-pompiers

 en moyenne intervenant simultanément dans la Manche
 14 minutes, c’est le temps moyen nécessaire d’intervention, qui dure en moyenne 1h20 et mobilise 4 hommes.

 

Share This