DONNER DE SA PERSONNE POUR LES AUTRES

© CD50 – David Daguier

Miguel LECHEVALIER

41 ans

Profession : exploitant agricole (Saint-Georges-de-Rouelley)

SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE
CIS : Barenton
Grade : sergent-chef

ans d'engagement

POURQUOI ?

« Pompier, c’est souvent une histoire de famille. Mon grand-père l’était et j’ai transmis le virus à ma fille aînée. Quand la deuxième est née, j’ai fait la formation de SPV et rencontré ma nouvelle compagne à la caserne. Elle est pompier aussi et m’a donné un fils, qui vient d’avoir 2 ans. J’aime l’uniforme, l’adrénaline… Participer à une naissance ou sauver des gens efface tous les mauvais moments, qu’on évacue dans le boulot. Je suis producteur de lait et pompier, les deux sont une vocation.

COMMENT ?

On a des week-ends de garde, des astreintes de nuit, et on enregistre nos disponibilités en ligne, pour que 5 d’entre nous soient toujours prêts à rallier la caserne en 5 minutes. Pour moi, c’est le soir et la nuit, car je travaille seul et j’ai 90 vaches à gérer, 365 jours par an. Le commandement en tant que sous-officier est une grosse responsabilité et m’éloigne de l’action, mais heureusement, j’ai encore l’occasion de monter à l’arrière du camion !

LES +

Secourir une personne et réussir sa mission est une belle satisfaction. Ce n’est pas en enfilant un uniforme qu’on devient pompier, mais sur le terrain. C’est ce que j’explique aux jeunes volontaires, qui m’écoutent en tant qu’ancien. Je suis aux 35 heures… de sommeil ! Il faut avoir la pêche et mon travail me maintient en forme. Être pompier compense son côté routinier et me permet de rencontrer tous types de gens. C’est un enrichissement personnel. »

REPÈRES
En mai, une convention a été signée avec le Service de remplacement de la Manche, permettant aux agriculteurs SPV de mieux se former.
LE CHIFFRE

La Manche compte 2 014
sapeurs-pompiers volontaires,
dont 8 exploitants
et 12 ouvriers agricoles

SE SENTIR UTILE, SURTOUT EN TANT QUE JEUNE

© CD50 – David Daguier

Marie LECOURT

22 ans

Profession : assistante d’éducation (collège André Miclot, Portbail)

SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE
CIS : Portbail
Grade : caporal

ans d'engagement

POURQUOI ?

« J’ai toujours su que je ne voudrais faire que ça. Depuis toute petite, dès que j’entendais les sirènes… Ça ne s’explique pas ! Je me suis engagée après avoir obtenu le brevet final, à l’issue des quatre ans en tant que jeune sapeur-pompier. Aujourd’hui, je transmets à mon tour, en tant qu’animatrice de cette même section de la Côte des Isles. C’est une très bonne école ; ça représente vraiment un engagement important à cet âge.

COMMENT ?

Je me donne au maximum, en mettant le plus de disponibilités possible. L’été, je suis également employée en tant que « saisonnière » au centre de Barneville-Carteret, qui a besoin de renfort sur l’activité opérationnelle. Mon ambition : intégrer les sapeurs-pompiers de Paris (sur concours de l’armée de terre)… Autant viser l’élite ! Ça demande une préparation physique très importante, c’est vrai que c’est un des aspects qui priment, mais ce n’est pas un frein. S’il faut faire ses preuves, les femmes ont toute leur place. Et il en faut. Il n’y a pas de différence, on porte tous la même tenue au final.

LES +

Ce qui m’anime ? Le dépassement de soi, le fait de se sentir utile, surtout en tant que jeune ; servir la population – c’est gratifiant de savoir que l’on va apporter, a minima, du réconfort ; l’esprit de corps aussi, parce que tout seul, on n’est pas grand-chose. Et puis l’adrénaline des départs. L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de routine, c’est une activité qui se vit au jour le jour. »

REPÈRES
C’est en 1976 qu’un décret autorise l’emploi de femmes sapeurs-pompiers.
Aujourd’hui, en France, elles représentent 14 % des effectifs (16 % dans la Manche).
LE CHIFFRE
382 femmes
au sein du SDIS 50
(dont 21 sapeurs-pompiers professionnelles)

UN JUSTE ÉQUILIBRE PROFESSIONNEL

© CD50 – David Daguier

Dr Raphaël VIGOT

32 ans

Profession : médecin généraliste remplaçant (Manche)

SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE
CIS : La Haye-du-Puits
Grade : Capitaine

ans d'engagement

POURQUOI ?

« L’univers des pompiers me passionne depuis tout petit, alors que je filais déjà à la caserne en vélo pour les voir décaler. C’est en 2013, pendant mon internat, qu’un décret a autorisé les étudiants en médecine à participer au service de santé et de secours médical (le 3SM). J’ai poussé la porte du SDIS et un mois plus tard, je me suis engagé en tant que volontaire. J’ai rejoint une grande famille, un corps chaleureux qui prône les valeurs de respect mutuel, l’esprit d’équipe, de camaraderie, mais aussi de rigueur.

COMMENT ?

J’ai tout de suite pu plonger dans l’opérationnel (pendant le Tour de France, au poste médical avancé du Mont-Saint-Michel), un aspect que le SDIS 50 a à cœur de développer. Une chance, et personnellement, une source de motivation supplémentaire. Depuis, j’ai obtenu ma thèse* et décidé d’exercer en tant que médecin remplaçant. Un choix auquel je suis très attaché, qui me permet de combiner les deux activités et me laisse le temps de m’investir pour le SDIS. Et grâce aux disponibilités données en temps réel, on a l’avantage de jouir d’une grande liberté d’action.

LES +

Dans la Manche, les rapports entre “rouges” (les pompiers) et “blancs” (le SAMU) sont très bons, les deux partis sont gagnants. En ce qui concerne la médecine d’urgence notamment, nos interventions permettent de temporiser l’urgence vitale sur place, dans l’attente du relais du SMUR, pour qui certaines zones sont parfois plus difficiles d’accès. Ce souhait de travailler en complémentarité est suffisamment rare pour être souligné, il se veut avant tout dans l’intérêt du patient. »

* « Implication et intérêt des infirmiers sapeurs-pompiers dans la prise en charge pré-hospitalière des urgences coronariennes ».

REPÈRES
Les missions du 3SM : le soutien sanitaire des sapeurs-pompiers sur le terrain, la médecine professionnelle et d’aptitude (visites médicales), la participation aux missions de secours d’urgence et à la formation des personnels de santé du SDIS.
LE CHIFFRE
132 officiers de santé, sapeurs-pompiers volontaires ou professionnels, composent le 3SM : médecins, infirmiers, pharmaciens, vétérinaires et experts (psychologues, kinésithérapeutes, diététiciens et 1 sage-femme)

APPRENDRE À AIDER LES AUTRES

© CD50 – David Daguier

Anouk PETITGAS

13 ans

Profession : Collégienne (André Malraux, Granville)

CADET DE LA SÉCURITÉ CIVILE

an d'engagement

POURQUOI ?

« Un de nos professeurs,
M. Pagnon, est pompier volontaire. En 5e, l’an dernier, il nous a demandé qui voulait être cadet de la sécurité civile et j’ai dit oui, car même si plus tard je ne veux pas devenir pompier, ça peut être utile dans la vie. Apprendre à prévenir les dangers et porter secours est un plus. J’ai dû écrire une lettre de motivation, où j’ai expliqué que j’avais envie d’aider les autres.

COMMENT ?

On a visité le centre de secours de Granville, pour comprendre comment ça se déroule, qui compose les équipes, quel camion fait quoi… On nous a enseigné les gestes de premier secours, la prévention des risques… On s’est entraînés avec les alarmes Vigipirate et incendie. Quand ça sonne, on doit mettre notre gilet jaune de secouriste, compter les élèves, veiller aux déplacements dans les couloirs, etc. On a aussi appris les valeurs citoyennes, signé une charte et en fin d’année, on a reçu un diplôme de “prévention et secours civique”.

LES +

Je suis désignée “assistant de sécurité” dans mon collège jusqu’en 3e et je participe à chaque exercice d’évacuation ou de confinement. Comme les pompiers, je dois être prête à intervenir à tout moment. Je me sens utile et, avec un peu d’aide, je sais porter les premiers secours. Je n’ai pas eu peur de me lancer dans cette formation, c’était normal pour moi, car pouvoir sauver des vies est important. »

REPÈRES
Après une expérimentation menée au collège André Malraux, La Chaussonnière (Saint-Martin-des-Champs), Jean-Paul II (Coutances), Louis Pasteur (Saint-Lô), Georges Desdevises du Dézert (Lessay) et Le Hague Dick (La Hague) ont rejoint le dispositif à la rentrée.
LE CHIFFRE
48 cadets de la sécurité civile inscrits en 2016/2017
Share This