Une équipe pluridisciplinaire

Les dirigeants associés : Nathalie Michel, Philippe Laisney, Pascal Pommier et Didier Duffuler (il manque Denis Féron)
© D. Daguier – CD 50

© D. Daguier – CD50

Une équipe pluridisciplinaire

Visite de l’îlot Développement numérique 3D et des deux pôles (Ingénierie process et gestion de flux / Design et ergonomie des espaces et postes de travail), à la rencontre d’une partie de l’équipe.

> Jérémy, formé à la Manche Open School (MOS) et arrivé en décembre 2017 : « On manipule des jouets tout le temps, là je travaille sur une maquette pour EDF, je démonte des pièces très techniques. Ce sont des opérations qu’ils ne font pas très souvent donc ça leur permet d’avoir un manuel interactif, avec des objets de couleurs, pour se souvenir comment procéder. »

> Christopher travaille sur un outil de formation pour le syndicat national de la chaudronnerie et la tuyauterie, avec l’Éducation nationale : « J’étudie les interactions entre les différents outils… Le futur chaudronnier ou tuyauteur se déplace avec un laser et va les chercher, tout est virtualisé pour interagir dans le monde virtuel comme en réalité. »

> Rémy crée un laser virtuel sur un site pétrochimique. Il teste toutes les dernières technologies existant sur le marché et les adapte pour un usage industriel ou autre : « Être développeur, c’est trouver des solutions pour chaque problème et relever des défis. On va prendre, par exemple, un casque immersif destiné à un public de joueurs et l’adapter au serious game.»

> Marie travaille pour un projet EDF : « Je simule une panne d’électricité sur un site industriel, pour que les employés apprennent à se débrouiller si ça arrive. » Avec le CHU de Caen, une société parisienne et l’ISTA de Cherbourg, elle a aussi développé une application pédagogique pour former les gens au risque radiologique lors des interventions.

 

> Alexis, élève de l’ESIX, travaille sur un concept américain, Proxiboisson : « On modélise l’usine et on la dynamise, en faisant bouger les opérateurs et les produits. En calculant le nombre de pas, le poids porté, les productions d’entrée et de sortie, on peut créer des scénarios et gagner entre 4 et 32 % de productivité, sur les problématiques de posture, par exemple. »

> Pascal, associé designer, développe des meubles et des postes de travail : « On conçoit des espaces totalement sur mesure, on adapte le mobilier aux besoins du client, avec les trois équipes. Ҫa fait 35 ans que je travaille avec Didier. » Les deux associés avaient vendu leur première entreprise à un grand groupe, puis créé OREKA, « pour retrouver notre créativité ».

> Marie travaille sur la mutualisation de deux EHPAD en un de 60 lits, à Canisy : « Ils souhaitent un plan en forme de marguerite, donc j’essaie de déterminer où vont les chambres et les services, quelles sont les relations à privilégier pour optimiser les circulations et le bien-être des aides-soignants et des résidents, avec des fonctionnalités optimisées. »

Il y a aussi…

> Denis Féron, l’autre associé, ingénieur mécanicien à la retraite qui forme des jeunes tous les ans.

> Léo, stagiaire, qui prépare un TP pour les futurs étudiants de l’IUT de Caen et l’ESIX de Cherbourg, formés à l’outil numérique dans le cadre d’un partenariat.

> Nathalie, architecte DPLG, qui gère les études de programmation architecturale et technique pour la construction ou la réhabilitation de bâtiments à destination variée : écoles, pôles de santé, EHPAD, crèches, médiathèques, bureaux, salles de spectacle ou associatives…

> Jean-Marc, graphiste également, qui gère des entités très techniques en amont du projet et crée des applications complètes, avec tous les modes opératoires.

> Yann, graphiste formé lui aussi à la Manche Open School, qui crée tous les modèles et les transmet aux game designers, Lucas et Christopher, chargés du développement, du déroulement de jeu à la programmation.

Vocation : trouver des solutions

Ça phosphore dans les bureaux d’OREKA, où de nombreux projets voient le jour chaque année, tous très différents. © D. Daguier – CD50

Vocation : trouver des solutions

Ça phosphore dans les bureaux d’OREKA, où de nombreux projets voient le jour chaque année, tous très différents.

© D. Daguier – CD50 

# POUR ALLER PLUS LOIN

Share This